Mon travail à l’atelier…

Voici quelques nouvelles de l’atelier!

Mes recherches graphiques avancent bien! Aujourd’hui et hier, j’ai imprimé mes deux premières gravures sur soie, dans le but de les rehausser de broderies une fois sèches!  Plein de nouvelles pistes créatives en perspective… 🙂

Voici quelques photos prises dans mon atelier :

La première gravure s’intitule  « mandragora », en référence à la célèbre plante magique. J’ai nommé la deuxième »Au coeur de la nuit »…

Travail à suivre!

Alice Heit-Mandragore00Alice Heit-Mandragore03Alice Heit-Mandragore06

Alice Heit-Mandragore09Alice Heit-Mandragore05Alice Heit-Mandragore08Alice-Heit-coeurdelanuit00Alice-Heit-coeurdelanuit22Alice-Heit-coeurdelanuit27Alice-Heit-coeurdelanuit26Alice-Heit-coeurdelanuit06

Porosités, entrée en résidence…

Première mise en bouche ce matin avec les étudiants en BTS du lycée agricole de Suscinio, à Morlaix autour du thème « Porosités »…

« Porosités » est une invitation à s’interroger notre conception occidentale de la nature, de notre environnement, de notre terre. Interroger nos liens, notre place, notre sensibilité, nos imaginaires.

Au Lycée agricole de Suscinio, la nature et le végétal occupent une place importante. L’établissement dispose notamment d’une exploitation biologique expérimentale pratiquant la permaculture et l’agroforesterie. De plus lycéens et étudiants réalisent de nombreux inventaires et chantiers d’aménagement des espaces naturels en lien avec les milieux spécifiques (forêt, landes, tourbières, zones humides…). Le lycée agricole de Suscinio s’intéresse également depuis de nombreuses années aux liens entre l’art et la nature au gré d’une multitude d’ateliers de pratiques artistiques et de résidences d’artistes, en partenariat avec divers acteurs culturels du territoire…

les étudiants seront amenés à s’immerger pendant 2 jours 1/2 dans l’expérimentation autour de cette thématique de « porosités, « en gravure sur Tetrapack… (impression sur presse taille douce avec encres taille douce, sur papier estampe)

Pour ma part, j’entame en parallèle une résidence artistique au sein du lycée, à l’occasion de laquelle je développerai mes propres créations autour de cette thématique;

L’ensemble de nos créations (celles des étudiants ainsi que les miennes) donneront lieu à une exposition au sein des Moyens du Bord à Morlaix en Mai 2018.

de seve et de sang2
« de sève et de sang », tirage unique rehaussé d’aquarelle.  Alice Heit Février 2018
graines:alice heit
photographie couleur rehaussée à l’encre, Alice Heit.
gravure-immersion-végétale-alice-heit
« immersion végétale » tirage unique rehaussé d’aquarelle et de broderies. Alice Heit 2017.
gravure "sparkling flower", Alice Heit 2017.
« Sparkling flower », Alice Heit 2017. gravure à la pointe sèche rehaussée d’aquarelle et de feuille de cuivre doré.
"Ronds de sorcières", pointe sèche sur cuivre, Alice Heit.
le collier magique, pointe sèche sur cuivre, collection personnelle. Alice Heit.
"cette sève qui nous unit", pointe sèche sur cuivre, Alice Heit.
« cette sève qui nous unit » collection personnelle, Alice Heit. pointe sèche sur cuivre.
Alice heit carantec239
Plan de travail/atelier Tetrapack

 

Parmi les ressources théoriques proposées aux élèves : le travail de Philippe Descola autour des Indiens Achuar,

Jusqu’à maintenant, dans les rapports entre humains et non-humains, ce sont toujours les humains qui produisent les normes. L’humain est vu comme séparé de la nature et la maîtrisant, la dominant. Nous aurons accompli un grand pas le jour où nous donnerons des droits non plus seulement aux humains mais à des écosystèmes, c’est-à-dire à des collectifs incluant humains et non-humains, donc à des rapports et plus seulement à des êtres…

Les Indiens Achuar montrent qu’une autre relation à la nature est possible. Pour l’anthropologue Philippe Descola, il est temps de penser un monde qui n’exclue pas l’eau, l’air, les animaux, les plantes…

Chez les Indiens Achuar, les plantes sont traitées comme des consanguins (des enfants), alors que les animaux chassés par les hommes sont des beaux-frères. « Voir les Achuar traiter les plantes et les animaux comme des personnes m’a bouleversé : ce que j’ai d’abord considéré comme une croyance était en réalité une manière d’être au monde, qui se combinait avec des savoir-faire techniques, agronomique, botanique, éthologique très élaborés. »

Les Achuar sont animistes : L’animisme est la propension à détecter chez les non-humains – animés ou non animés, c’est-à-dire les oiseaux comme les arbres – une présence, une « âme » si vous voulez, qui permet dans certaines circonstances de communiquer avec eux.

Pour les Achuar, les plantes, les animaux partagent avec nous une « intériorité ». Il est donc possible de communiquer avec eux dans nos rêves ou par des incantations magiques qu’ils chantent mentalement toute la journée. A ceci s’ajoute que chaque catégorie d’être, dans l’animisme, compose son monde en fonction de ses dispositions corporelles : un poisson n’aura pas le même genre de vie qu’un oiseau, un insecte ou un humain. C’est l’association de ces deux caractéristiques, « intériorité » et « dispositions naturelles », qui fondent l’animisme.

Parmi les ressources enrichissant cette approche, je citerais aussi l’écopsychologie présentée ici brièvement avec les mots de Théodore Roszak :

 « Comme toutes les formes de psychologie, l’écopsychologie s’intéresse aux origines de la nature humaine et des comportements humains. A la différence des autres écoles traditionnelles de psychologie, qui se limitent aux mécanismes intrapsychiques ou à une sphère sociale étroite n’allant pas au-delà de la famille, l’écopsychologie est sous-tendue par la thèse selon laquelle, à ses niveaux les plus profonds, la psyché reste affectivement reliée à la Terre qui nous a mis au monde. L’écopsychologie suggère que nous pouvons comprendre nos transactions avec l’environnement naturel – la manière dont nous usons ou abusons de la planète – comme des projections de nos besoins et désirs inconscients, de la même façon que nous interprétons les rêves et les hallucinations pour comprendre ce qu’il en est de nos motivations profondes, de nos peurs et de nos haines. »

Et puis….Chamanisme, ethnobotanique, écologie profonde, écoféminisme… les pistes de lectures passionnantes ne manquent pas!

Une émission au sujet de l’écopsychologie par Leili anvar :

https://www.franceculture.fr/emissions/les-racines-du-ciel/l-ecopsychologie

A suivre!

 

 

Enregistrer

Retour sur le marché des Arts de Carantec, 23 juillet 2017.

Vous avez été nombreux à venir découvrir ou re-découvrir mon travail au marché des arts de Carantec! Merci à toutes et tous!

Rendez vous pour le 2eme dimanche de marché à Carantec, le 13 Aout 2017!

 

Petit retour sur la fête de l’estampe…

Il faisait beau! nous nous sommes installé-e-s devant l’atelier pour graver, entouré-e-s du magnifique jardin attenant… Pour l’atelier d’initiation à la gravure que nous avons donné à l’occasion de la fête de l’estampe. Chacun et chacune est reparti avec au moins une estampe de sa création!

Et puis, nous avons aussi exposé nos dernieres oeuvres gravées, l’occasion de découvrir les méandres de cette maison magique qui héberge nos ateliers!

Et le soir, nous avons inauguré l’atelier joyeusement, un grand merci à tous ceux et celles qui nous ont rejoint, rendu visite, et participé aux ateliers!  c’était un beau moment de partage!

Alice, 29 mai 2017.

Plouégat-Guérand. La maison Quesseveur héberge trois plasticiennes

Les univers de Myriam Martinez, Valérie Guillet et Alice Heit cohabitent librement dans la maison Quesseveur.
Les univers de Myriam Martinez, Valérie Guillet et Alice Heit cohabitent librement dans la maison Quesseveur. | Ouest-France.

L’ancienne maison de maître, enracinée depuis plus d’un siècle au bout d’une élégante allée, a bien du charme. Myriam Martinez, Alice Heit et Valérie Guillet, de belles intuitions.

La maison Quesseveur abritait autrefois un paysagiste, le jardin y était luxuriant. De quoi présager un univers artistique, plein de poésie et de sensibilité. Créé par trois plasticiennes, Myriam Martinez, Alice Heit et Valérie Guillet, cet univers sera inauguré samedi en fin d’après-midi.

Une maison dans son jus

Acquise au début des années 2000 par la municipalité, la maison avait été en partie restaurée. « Nous avions le projet d’en faire un musée, mais les subventions se font plus rares, souligne Annie Loneux, maire adjoint. Vide depuis plusieurs années, la maison est aujourd’hui consacrée à l’artisanat d’art. »

Installées depuis quelques semaines, les trois artistes y cultivent leurs passions. Dans cette maison au charme désuet et restée dans son jus, comme en témoignent les papiers peints au pochoir dans l’entrée, trois univers différents créent une harmonie pleine de sensibilité.

Trois artistes

La céramiste plasticienne, Myriam Martinez, occupe le rez-de-chaussée. C’est ici qu’elle modèle l’argile. Des pièces qui seront ensuite émaillées et cuites au four. Elle dispose aussi d’une salle pour ses cours collectifs, le jeudi soir.

Au premier étage, Alice Heit développe le tissage et la gravure. Grands métiers à tisser et écheveaux de laine occupent plusieurs pièces. Une grande presse taille-douce professionnelle est destinée à la gravure.

Un stage vendredi

Dans cet espace, Alice Heit proposera de stages de tissage et de gravure. Un premier stage est programmé le 26 mai, le jour de la fête de l’estampe. Ce stage sera coorganisé avec Valérie Guillet, qui occupe le 3e niveau.

L’endroit se mérite, il faut monter jusqu’au grenier pour découvrir son univers consacré au dessin et à l’écriture. C’est aussi ici que prennent naissance, ses théâtres de papier.

Samedi 27 mai, à 18 h, inauguration. Ouvert sur rendez-vous. Contact : myriammartinez.com, ou aliceheit.com, ou valerieguillet@sfr.fr.

Source : http://www.ouest-france.fr/bretagne/plouegat-guerand-29620/plouegat-guerand-la-maison-quesseveur-heberge-trois-plasticiennes-5012355

http://agenda.letelegramme.fr/plouegat-guerand-fete-nationale-de-l-estampe/367025

Portes ouvertes de nos ateliers à Plouégat-Guerrand

Nos ateliers ont ouvert leurs portes aujourd’hui!

Vous avez été très nombreux à venir nous visiter, nous rencontrer, échanger avec nous… Merci beaucoup!

La prochaine occasion de nous rejoindre sera l’inauguration de l’atelier, le Samedi 27 Mai 2017 pendant la fête de l’estampe!

Dans le cadre de la fête de l’estampe, nous vous proposons également de participer à un stage de gravure sur Tetrapack… ça se passe ici…

Au plaisir!

 

Gravure au Lycée agricole de Suscinio, Morlaix. Avec l’association « Spirale ».

Dans le cadre des interventions de l’association Spirale, j’ai eu le plaisir d’accompagner des étudiants du Lycée Agricole de Suscinio pour une initiation à la gravure, courant Mars 2017. Un beau moment de partage et de création! Voici quelques photos que j’ai eu envie de partager avec vous…

Merci à Laurence Mermet pour les photos!

Notre nouvel atelier d’artistes est en cours d’installation!

Mon  nouvel atelier de tissage est arrivé dans le Finistère !

Nous sommes 3 artistes femmes à partager cet atelier :

Myriam Martinez – céramiste, http://www.myriammartinez.com/

Valérie Guillet – peintre, graveuse, http://francoiselivinec.com/fr/artistes/bio/24515/valerie-guillet

et moi même…

Je suis en train de finir d’y installer mes métiers à tisser :

un métier à tapisserie (marque « arm »/suisse),

plusieurs métiers 24 cadres, un métier à contremarches…

J’y dispose également d’une grande  presse taille-douce professionnelle, prêtée pour l’année par une amie, ainsi que d’une

petite presse taille-douce facilement transportable. (idéale pour proposer des ateliers dans d’autres cadres que celui de l’atelier!)

J’y pratiquerai à la fois le tissage et la gravure.
une belle histoire à suivre!